Crédit : Pixabay

Jeu vidéo et expérientiel : que nous prédit-on avec la 5G?

Crédit image : Pixabay

Voitures autonomes, chirurgie à distance ou encore villes intelligentes, nombreux sont les domaines évoqués lorsqu’il s’agit de la 5G. À ce jour, l’industrie de la créativité numérique constitue un de ceux qui seront le plus certainement transformés en profondeur par l’arrivée de cette nouvelle technologie. En effet, les innovations permises par l’arrivée du réseau 5G guident déjà plusieurs acteurs du secteur dans leur développement. Cependant, aux grandes espérances alimentées par la promesse d’une révolution 5G s’opposent également un certain nombre de limites très réelles. Revenons dans les grandes lignes sur cette technologie des plus attendues dans le secteur. 

La 5G, qu’est-ce que c’est au juste?

La 5G est la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile. Elle fait suite à la 4G en multipliant exponentiellement la vitesse du débit, amenant à une vitesse de téléchargement dix fois supérieure (100 Mbps pour la 4G contre jusqu’à 10 Gbps pour la 5G). Concernant le temps de latence, c’est-à-dire le délai de transit d’une donnée entre le moment où elle est envoyée et celui où elle est reçue, il est extrêmement réduit, allant jusqu’à 1-2 millisecondes. Par ailleurs, le réseau de communication 5G pourra supporter jusqu’à un million de connexions mobiles simultanées par kilomètre carré, permettant ainsi d’éviter l’engorgement des réseaux.

L’apparition de la technologie 5G ne se présente ainsi pas comme une simple évolution de la 4G mais comme une réelle technologie de rupture qui ouvre d’ores et déjà des perspectives dans les industries de la création numérique.

Vers l’essor des jeux mobiles et des jeux sur demande (Cloud gaming)?

Si les évolutions du jeu vidéo ont toujours été étroitement liées aux générations de réseaux mobiles, l’arrivée de la 5G et de son faible taux de latence intéresse grandement cette industrie en promettant notamment des jeux bien plus rapides qu’aujourd’hui.

Cloud gaming et jeux mobiles étant tous deux pensés pour être nomades, bénéficieront particulièrement de la technologie 5G, qui permettra de profiter des mêmes conditions de jeu lors de déplacements que celles possibles au domicile avec une connexion via la fibre. L’expérience sur les téléphones cellulaires en sera nettement améliorée, notamment grâce à des jeux mobiles plus rapides et fluides, en particulier en multijoueur.

Pour ce qui est du Cloud gaming ou jeu à la demande, c’est-à-dire le fait de jouer à des jeux hébergés, stockés et exécutés sur des serveurs qui se trouvent dans le nuage informatique plutôt que de devoir installer le jeu sur sa console ou son ordinateur, la 5G représente également une avancée significative. Du fait de son faible taux de latence, la 5G permettra de diminuer le temps entre la commande et l’action à l’écran, permettant bien plus de précision dans le jeu.

Dans les deux cas, les jeux les plus impactés seraient alors logiquement ceux qui se jouent en ligne et en temps réel et qui nécessitent donc une grande réactivité, comme c’est le cas pour le e-sport. Les joueurs bénéficiant de la 5G disposeraient alors d’un avantage non négligeable par rapport à leurs concurrents. Stéphanie Marchand, VP Production chez Behaviour Interactive, mentionne, par ailleurs, lors du webinaire Jeux vidéo et 5G co-organisé par SYNTHÈSE que ce qui intéresse le studio aujourd’hui est la question de comment la 5G va permettre d’augmenter la communication entre le public et le joueur, avec la diminution de latence et l’augmentation du transfert de données. “Permettre aux gens qui regardent d’augmenter leur impact et leur influence est vraiment quelque chose qui nous intéresse”, ajoute-elle.

En outre, les professionnels du secteurs s’accordent également sur l’intérêt de la 5G pour “améliorer les nombreuses facettes de l’expérience en ligne des joueurs du monde entier en misant sur l’edge computing (ou informatique en périphérie de réseau) en décentralisant la puissance de traitement de données afin qu’elle soit la plus proche possible de l’utilisateur et de réduire la latence” comme cela fut mentionné par Benjamin Denis, directeur du développement des affaires chez Edgegap, lors du webinaire Jeux vidéo et 5G. Cette technologie du edge computing permettra par ailleurs de répondre à plusieurs des défis technologiques rencontrés par la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Tous les acteurs du secteur ne sont cependant pas convaincus par l’apport de la technologie 5G à leur modèle d’affaires. Une nuance est apportée par le vice-président, stratégie et développement des affaires chez Ludia, Jimmy Gendron, lors du webinaire Jeux vidéo et 5G. Il fait part de ses réserves en expliquant qu’une connexion beaucoup plus rapide ne semble pas être un facteur de succès pour les jeux les plus populaires sur le marché. En plus de cela, il remarque qu’aujourd’hui la majorité des joueurs de jeux mobiles installent ceux-ci sur le wifi parce qu’ils y jouent principalement à la maison ou au bureau.

La 5G, la technologie qui va démocratiser la réalité virtuelle?

Combiner monde réel et éléments numériques requiert des transferts de données très importants, notamment avec le wifi. En permettant d’atteindre une résolution et des performances graphiques optimales via un casque VR qui n’a pas la même puissance qu’un ordinateur, la 5G représenterait un bond en avant dans la démocratisation de la réalité virtuelle. 

Philippe Desjardins, CEO et cofondateur de Wallrus, l’annonce comme “le plus gros changement de paradigme de notre génération” du fait de la basse latence et du faible coût des antennes 5G, capables de de supporter un nombre exponentiel d’appareils connectés, permettant ainsi que “tous les objets autour de nous soient connectés, ce qui va radicalement transformer comment on interagit avec notre environnement et comment on interagit avec les gens qu’on aime”. Sa compagnie travaille présentement sur un Framework de réalité mixte, c’est-à-dire “un ensemble de technologies […] qui va permettre de surimposer un environnement virtuel par dessus la réalité, avec un ratio 1/1”. Cela se fait en scannant un environnement réel, comme le Quartier des spectacles de Montréal, avec des scanners laser et en y surimposant un univers virtuel créé dans un engin de jeu vidéo comme Unreal pour que le public y ait enfin accès sur son téléphone, en scannant un code QR. Le téléphone devient “une fenêtre vers un autre monde pour interagir avec un univers virtuel”. 

Crédit : Wallrus.tech
Crédit : Wallrus.tech

La technologie 5G est également très attendue dans le secteur du tourisme, dans lequel la réalité augmentée constitue la promesse de pouvoir découvrir une nouvelle ville tout en bénéficiant de contenus culturels, comme le mentionne Jonathan Rouxel, co-fondateur de Prologue AI dont la compagnie crée des “parcours divertissants qui mettent en valeur les lieux mais surtout les histoires des gens qui les habitent” dans la ville de Montréal. L’arrivée très prochaine de lunettes AR grand public comme les Google Glasses ou le partenariat entre Google et Ray Ban représenterait une nouvelle étape dans la démocratisation de l’expérience numérique.

Crédit : Prologue AI | VoiceTrip

Dans le cas de Felix & Paul, l’objectif est davantage de diffuser des fichiers vidéos qui requièrent de tourner la tête à chaque moment et d’avoir une latence quasi nulle. Ultimement, explorer la 5G comme une capacité de distribution en “se serv[ant] du edge computing comme moyen de diffuser du contenu sur toutes les plateformes, que ce soit des plateformes de RV comme les lunettes, sur mobile ou même dans le cas de plus grandes installations comme les dômes ou les musées”, explique Stéphane Rituit. Enfin, selon Jonathan Rouxel, la plus grande opportunité se trouve dans le geoposing, qui permet de déterminer où on se trouve et ce qu’on regarde. Alors qu’aujourd’hui, la réalité augmentée se superpose aux objets, avec la 5G ils seront intégrés.

Là encore, le déploiement de la 5G se heurte cependant à plusieurs obstacles à court terme. Comme l’indique Stéphane Rituit de chez Felix & Paul, le contenu est prêt en réalité augmentée, mais il faut trouver des partenaires pour le déploiement technologique, en particulier entre différents pays. 

Une révolution qui fait face à nombres de limites à moyen terme

Bien que les possibilités soient immenses pour les entreprises du secteur de la créativité numérique, l’exploitation de la 5G se heurte à un certain nombre de limites, dont certaines ont déjà été évoquées plus haut. Parmi elles, le temps de déploiement de la 5G ou encore le temps de développement des appareils capables de se connecter à la 5G. Par exemple, Nintendo qui prévoirait de lancer une nouvelle version plus puissante de la console Switch cette année et sa compatibilité avec la 5G est une des réponses les plus attendues mais les questions du coût et de la rentabilité, autant pour les constructeurs que pour les joueurs, se posent également. En effet, on peut se demander si les joueurs vont investir dans une console 5G dont le prix pourrait être très élevé, dans un service de gaming en ligne ou dans la connexion internet nécessaire à leur utilisation.

Les nombreuses étapes avant le déploiement du edge computing et la 5G constituent une autre limite pour lesquelles il faut changer complètement la technologie, notamment en ayant un partenaire qui possède un réseau compatible. En effet, les réseaux des différents opérateurs dans les différents pays ne sont pas configurés de la même façon. “Le 5G n’ouvre pas la clé du planétaire” explique Benjamin Denis, “il faut un partenaire [technologique] capable de faire cela”, comme le fait Edgegap. En pratique, il faut passer par la technologie du “container”, des progiciels décentralisés situés aussi près que possible de l’utilisateur final afin de réduire la latence, d’économiser la bande passante et d’améliorer l’expérience numérique globale.

De plus, ce n’est pas parce que deux villes sont complètement équipées de la 5G, comme Montréal et Paris, que la latence disparaît car il manque les serveurs entre les deux pour faire le relais. Comme le mentionne Benjamin Denis, “on est encore assez loin de dire qu’un Montréalais joue dans la même pièce que quelqu’un à Paris”.

En conclusion, on prévoit d’ores et déjà que la 5G constituera un moteur de croissance économique et que les industries de la création numérique en seront un des acteurs principaux, mais les délais pour que cela se réalise demeurent à ce jour assez incertains. Cette perspective fait cependant apparaître l’opportunité de développer un écosystème avec une grande expertise à Montréal, en s’appuyant sur des industries dans lesquelles on est bons, comme le note Jean-Philippe Desjardins.

 

Projets médias interactifs : Innovez avec la bourse PIXEL 5G

Destinées aux PME œuvrant dans les secteurs du multimédia, des médias interactifs et des jeux vidéo, la bourse PIXEL 5G, déployée dans le cadre des projets TI financés d’ENCQOR 5G. Elle consiste en une subvention pouvant atteindre un MAXIMUM DE 10 000$. Le demandeur doit détenir un accès iPaaS valide et il doit être dans le processus de soumettre un projet TI financé.

En savoir plus sur la bourse Pixel 5G